QUE MANGENT LES COCHONS D INDE

l> Possibilités aux développement ns l"élevage du cobaye en Afrique subsaharienne: ns cas aux Cameroun

*
Possibilités du développement de l"élevage de cobaye en Afrique subsaharienne: les cas aux Cameroun Élevage en environnement traditionnel puissance d"élevage en station alimentation et fourrages Gestion ns la reproduction Conclusions rang perspectives références J.D.

Vous lisez ce: Que mangent les cochons d inde

Ngou Ngoupayou, J. Kouonmenioc, J.M. Fotso Tagny, M. Cicogna, C. Castroville, M. Rigoni rang J. HardouinAdresses des auteurs: J. D. Ngou Ngoupayou, J. Kouonmenioc und J. M. Fotso Tagny: Institut de recherches zootechniques und vétérinaires (IRZV), Yaoundé, Cameroun; M. Cicogna, C. Castroville, M. Rigoni: Stazione Sperimentale diabolique Zootecnia (SSZ), Università degli Studi, Milan, Italie; J. Hardouin: Institut ns médecine tropicale Prince Léopold, Anvers, Belgique. Recherches financées par la CEE dans le cadre ns projet de recherche combinaison «Microlivestock ont Food et Feed in Semi-urban agriculture Systems».Dès l"époque précolombienne, le cobaye foins cochon d"Inde (Cavia porcellus L.) était accrue comme animal de boucherie dans les régions andines (Pérou, Colombie, Equateur et Bolivie), cential d"origine ns ce rongeur herbivore d"où il s"est généralisé sur je connais les continents, prendre plaisir source diète aussi bon que comme animal ns laboratoire ou ns compagnie.En Afrique (National study Council, 1991), ns cobaye dorient identifié prendre plaisir une source thérapie alimentaire au Cameroun, venir Ghana, venir Nigéria, en Sierra Leone, à Togo et au Zaïre. Notre arpenté parmi des chercheur et zootechniciens aux plusieurs nation d"Afrique subsaharienne a mis en preuve que l"élevage de cobaye pour l"alimentation du l"homme dorient aussi pratiqué venir Bénin, au Burkina Faso, en côte d"Ivoire en Guinée (Conakry), au Mali, à Sénégal et en Tanzanie (figure 1). D"autres les données (Fransolet, Horlait rang Hardouin, 1994) signalent les cobaye au Gabon.Malheureusement, les distribution géographique n"a démarche donné emplacement à une diffusion adéquate d"informations technique sur cette élevage. En effet, même au cas où la biologie du cobaye est bon connue (Wagner et Manning, 1976), les littérature concernant principalement les espèce en tant suite modèle convoque l"expérimentation biologique. Esquive recherches dessus l"élevage, ns sélection, l"alimentation et esquive techniques aux gestion de cobaye en tant qu"animal d"intérêt zootechnique se limite à certaines pays d"Amérique latin (Quijandria, 1988,) d’où l"élevage du cette cloche est d’un tradition. En Afrique, les informations pour les systèmes de production et esquive performances du ce dil. Herbivore monogastrique dans les hachette locales sont presque inexistantes. L"élevage aux cobaye est parfait ignoré par esquive scientifiques, les revendeur agréé de vulgarisation, les décideurs ns secteur agriculture et esquive institutions officielles ns la surtout des pays africaines (Hardouin, Demey rang Fransolet, 1991).Pour remède à cette manque d"informations et défini les stress majeures au développement du l"élevage de ce dil herbivore, qui dispose d"atouts manifestes convoque les population pauvres, un programme conjoint du recherches a été entrepris par l"Institut aux recherches zootechniques rang vétérinaires (IRZV) de Cameroun et ns Stazione Sperimentale diabolique Zootecnia (SSZ) du l"Université de Milan (Italie), à lintérieur le cadre ns projet aux recherche «Microlivestock as food et feed in semi-urban farming systems», combinaison par l"Institut ns médecine tropicale d"Anvers (Belgique). Ns projet, parrainer par la ce (STD/2), a lourd quatre ans à compter du 1990.Cet article se propose d"exposer les résultats aux ces recherches qui peuvent intéresser développeur et planificateursÉlevage en alentours traditionnelUne enquête élargie sur le territoire national a été effectuer en vue d"étudier das différents systèmes aux production ns cobaye, d"identifier les souligner et esquive domaines prioritaires aux recherche, d"en sengager ressortir la contribuant et l"intérêt socioéconomique rang d"évaluer la productivité ns ce mini-élevage en alentours traditionnel (Ngou Ngoupayou, Fotso et Kouonmenioc, 1994a).Une préenquête jai eu permis ns déceler leur grandes zone agroécologiques où existe une tradition d"élevage aux cobayes au Cameroun (figure 2):· les hauts plateaux ns l"ouest, zone ns savanes herbeuses d"altitude (de 1 000 jusqu’à 2 800 m), à conditions météorologiques équatorial tempéré à deux coordonner (température moyenne: 20 °C). L"activité agriculture y est très intense, avec une prédominance du cultures vivrières et du caféiers arabica;· les zone forestière subhumide de centre et de sud, jusqu’à faible altitude (de 500 à 800 m), à climat équatorial guinéen jusqu’à quatre coordonner (température moyenne: 25 °C). La végétation dorient constituée ns forêts, et esquive principales culture sont les plantain, esquive racines und tubercules, les caféier fort et ns cacaoyer.Dans chaque zone, quatre foyers ou centre d"élevage de cobayes ont été localisés, rang dans tous centre, 10 éleveurs choisis venir hasard ont été interviewés par deux enquêteurs ns service d"encadrement, à lintérieur un maîtrisant le dialecte local, pour un total de 80 éleveurs. Ns trame d"enquête du 42 questions visait à définie socialement l"éleveur, à caractériser ses activités agricoles, à décris le système d"élevage ns cobayes et le sien intégration à lintérieur le système agricole, jusqu’à identifier das problèmes ns reproduction et ns santé et, enfin, à décider le galet socioéconomique ns ce mini-élevage.L"enquête a lété complétée moyennant une années de suivi périodique (toutes les deux semaines) du 10 élevages de la zonage forestière, en vue de définir la produire des cobayes en environnement traditionnel.Résultats du l"enquêteDans esquive zones du l"enquête, l"élevage de cobaye est une travail familiale secondaire, pratiquée par esquive petits les opérateurs à court revenus, en l"occurrence les femmes et esquive enfants (84 pour des centaines des cas), exerçant des activités agricoles diversifiées (cultures vivrières, maraîchères et dil. élevage mixte). Le dil. élevage concerne principalement das volailles (77 convoque cent), esquive porcs (31 convoque cent), particulièrement dans les hauts plateaux de l"ouest, esquive petits ruminants (27 convectif cent) et esquive lapins (17 convecteur cent).L"élevage des cobayes, lequel cohabitent parfaitement avec les autres espèces élevées, se pratique en liberté, à également le sol, dans une boîte en earths battue tenant lieu du cuisine, où les ustensiles et les meubles servent de cachette aux animaux (figure 3). Les équipements d"élevage (mangeoires rang abreuvoirs) sont quasi inexistants. Les cobayes ne sont pas abreuvés, et das fourrages verts se réconcilier leur majeur source d"eau. Les feu du bois lequel sert pour préparation des repas structure également une source aux chauffage, considérée par les plupart des éleveurs bénéficie indispensable à la survie des cobayes. L"effectif milieu est ns 17 cobayes par monophonisé d"élevage, avec un maximum aux 100 cobayes à la maison un éleveur.Les surtout prédateurs des cobayes sont les chat et les chien des voisins (et non celles qui cohabitent dans la en outre concession), suivre des serpents, musaraignes, fourmis magnans et poules qui picorent les petits. Une mortalité importante est aussi due venir piétinement, puisque das cobayes vivent à lintérieur la cuisine, avec les femmes et esquive enfants.L"alimentation des cobayes est à aménagements de fourrages verts ns graminées récoltées jusqu’à l"état spontané ns long des routes et des cours d"eau (surtout Pennisetum purpureum et Panicum maximum, et aussi, à lintérieur la zone forestière, Setaria megaphilla rang Coix lacryma-jobi), déchets de cuisine et résidus aux récolte (feuilles du bananier, du maïs et tubercules, dans les deux zones; feuilles du choux, d’autant dans la zone occidentale des sommet plateaux; feuilles aux manioc, aux canne à sucre rang palmiste, principalement dans la zone forestière). Seuls certains éleveurs ns la zone ouest emploient ns son aux maïs et das concentrés dedans l"alimentation des cobayes. Ns consommation journalière moyenne aux matière séché a été estimé à alentours 5 convoque cent aux poids vif. L"alimentation virtuellement diversifiée, caractéristique du l"élevage traditionnel, abordés sans doute esquive dégâts suite l"on pourrait craindre d"une nourrir pratiquée nai pas aucune établissement rationnelle ns complémentation und sans personne connaissance des besoins des cobayes ni des caractérise nutritionnelles des aliments disponibles.La bien intégration de l"élevage du cobaye dedans le système agriculture est évidente si l"on considère que ces petits herbivores s’être nourrissent ns résidus du récolte et que l"utilisation de leurs déjections profitez-en engrais est approprié courante et d’autant généralisée dans les zones où les activité agricoles (cultures vivrières) sont intenses.En matière du conduite aux l"élevage, les reproducteurs mâles née sont jamais séparés des femelles; ns même, das nouveau-nés et les jeunes en croissance restent en permanence auprès les adultes. En moyenne, constat mâle femelle est de 1:3, ce qui étant donné un nombre aux mâles trop obtenir une augmentation pour une bonne productivité. En effet, il s"agit convoque la plupart aux jeunes mâles en croissance assez que du véritables reproducteurs. Cette s"ensuit une succession quasi continue de gestations jusquà un tempo incontrôlé rang des risques ns consanguinité virtuellement élevés. La choisir des reproducteurs n"est pas pratiquée, viens du la précocité représente l"un des principaux critère d"abattage, non reconnaissance que la réforme des animaux yonsei ou malades.1. Zone aux diffusion confirmée en Afrique du l"élevage aux cobaye bénéficie animal du boucherie - Confirmed distribuer of guinea pig fabrication for meat in afrique - Zona aux difusión confirmada en africa de les cría del cuy como animal du carne
*
2. Région identifiées ns Cameroun avec tradition d"élevage aux cobaye: zone de savane herbeuse d"altitude (A); cential forestière subhumide (B) - classic guinea pig opération zones in Cameroon: high-altitude herbe savannah (A); subhumid forêt (B) - Zonas identificadas cette Camerún criminel tradición ns cría de cuyes: (A) zone aux sabana herbácea alta; (B) zona forestal subhúmeda3. Elevage traditionnel au Cameroun: cobayes en liberté dans la cuisine - Traditional production in Cameroon: guinea pigs at liberty in thé kitchen - Cría tradicional en el Camerún: cuyes en libertad en ns cocina Photo/Foto: Fotso et KouomeniocLes animal malades née reçoivent non traitement, und l"assistance de service vétérinaire dorient inexistante. Parmi esquive maladies, les éleveurs oui signalé das dermatophytoses, l"amaigrissement avec mort subite, ns pelage hérissé avec chute des poils et das parasites cutanés.L"enquête a montré que l"élevage des cobayes est prématuré tout ns gage aux sécurité alimentaire (pour 87 pour des centaines des éleveurs), mais il est également ns source de revenus (46 convoque cent). à lintérieur la zoné forestière du sud, cette élevage joue même un rôle considérable pour les rites coutumiers (pour 87 pour des centaines des éleveurs), ns loin supérieur jusqu’à sa estime économique: les cobayes sont utilisés convectif les sacrifices, comme le sont esquive poules locales dans esquive hauts plateaux de l"ouest et das petits ruminants dans les savanes du nord.Etant étant donné la la faiblesse production, les viande aux cobaye n"est démarche consommée fréquemment, mais joli lors des vacances ou comme viande aux prestige offerte de visiteurs de apposer (figure 4). Esquive cobayes sont cuisinés éviscérés, auprès peau, tête, pattes, foie, cœur, rognons und graisse, cette dépilation à l"eau bouillante ou par brûlure, cette qui donne un rendement en carcasse consommable d"environ 70 convectif cent. Nous connaît variété mets à investissements de cobaye: le cobaye rôti, les ndomba, ns cobaye au concombre (namgon), les bouillon aux cobaye et les mbongo (figure 5).Le rôle du réserve monétaire se dégage clairement puisque, d"après les suivis périodiques, das ventes ns cobayes sont massives prédécesseur les fêtes du Noël et ns Nouvel An. Das ventes se fabriquer le concéder souvent à la maison l"éleveur, maïs la commercialisé est beaucoup de plus développée dans esquive hauts plateaux du l"ouest, lequel fournissent ns presque intégralité des cobayes vendus sur les marché urbains ns la zonage forestière aux sud.Au Cameroun, les demande de la viande ns cobaye demeure très supérieure jusquà l"offre, grâce à ses valeurs thérapie alimentaire et culturelle. Cette situation se faire traduit, dans esquive régions sud par exemple, par son récompenses moyen ns 1 989 francs CFA ns kg, cest trois fois concède que celui du poisson (600 franc CFA) et environ le double aux celui de boeuf (963 franc CFA), ns poulet (1 023 franc CFA), ns mouton et de la chèvre (1 082 franc CFA) et aux porc (1 119 franc CFA).Performances d"élevage en stationPour meilleur connaître l"élevage du cobayes et décider leurs performances en hachette d"élevage améliorées und contrôlées, entier en évaluant des systèmes simples de logement und d"équipement d"élevage, d’un colonie ns cobayes a été endroit en place pour station du l"IRZV du Nkolbisson, à lintérieur la sur site ouest de Yaoundé (Ngou Ngoupayou, Fotso rang Kouonmenioc, 1994a).La colonie a lété formée jusquà partir du 107 animaux fondateurs en origine des élevages ns la zonage forestière sud du Cameroun. Ns population des cobayes ns la station a atteint, les troisième année, un maximum ns 200 femelles reproductrices et, pendant das trois âge des recherches, plus ns 900 jeunesse sont née vivants venir total. Les cobayes étaient élevés à sol, pour litière aux copeaux ns bois renouvelée une fois moyennant semaine. Esquive reproducteurs étaient placés à lintérieur des loges aux 0,8 voir 1 m, auprès parois en boire hautes ns 0,6 m, par coporation, groupe polygamique permanent aux 10 femelles et une mâle. Du leur côté, les jeunes, après sevrage jusquà trois semaines, commanderie élevés tandis que la évolution en lots du sujets ns même âge et sexe, dans des hébergement d"engraissement du 0,4 cf 1 m. Tous loge différent équipée d"une mangeoire en planche ou en bambou pour le focalisés et d"un abreuvoir à volaille premièrement âge, d"une capacité de 3 litres (figure 6).L"alimentation dalain à aménagements de se concentrer (à 20 convecteur cent du protéines brutes rang 8 convectif cent de fibre brute) et ns fourrage à volonté. Le fourrage différent constitué ns graminées vertes telles plus Pennisetum purpureum, Panicum maximum, Trypsacum laxum, Brachiaria ruziziensis, foins Cynodon pleictostachius. Ns la vitamine C était normalement donnée à lintérieur l"eau de boisson pour satisfaire les conditions élevées des cobayes.Les principaux paramètres du reproduction, croissance, mortalité et produire relevés en station sont repris dedans le tableau. La productivité potentielle des cobayes, base sur esquive résultats de la colonial expérimentale de la SSZ du l"Université du Milan, correspondre à 13,2 jeunes sevrés par femelle par an, un poids des jeunes du 710 g jusquà 15 la semaine et d’un production pondérale annuelle par femme reproductrice de 10 temps le poids aux la joue elle-même (Castrovilli, Rigoni und Cicogna, 1993).Pendant das quatre âge qu"a solide le projet, deux périodes ont connu un taux du mortalité virtuellement élevé: ns première ns mortalité asymptomatique de 25 pour des centaines des femelles reproductrices; la deuxième, due à une épizootie ns salmonellose, a concerné je connais les jeunesse cobayes qui, convecteur un dessais d"alimentation, étaient nourris exclusivement avec Brachiaria récolté sur un travail fertilisé par la litière du volaille. Les mortalités ont arrêter après nettoyage circonférence et non-ruines pendant leur semaines à la sulfaguanidine dans l"aliment.Les autres causes aux mortalité recensées étaient les défi respiratoires, das dermatophytoses (Trichophyton spp.), esquive gastroentérites et les accidents.Alimentation et fourragesPour mettre au mettre en ordre une nourrir des cobayes qui soit rationnelle et personnalisé aux état des élever familiaux ns Cameroun, des recherches préliminaires ont été entreprises visant jusqu’à mieux connaître das caractéristiques alimentaires et esquive rendements des surtout fourrages disponibles.Les cobayes ont été comparés ns lapins pour cette qui est ns l"utilisation des aliments. Les comparaison paraissait passionnant puisqu"il s"agit de deux espèce d"herbivores non ruminants très adaptation aux mini-élevages.Evaluation des fourrages tropicauxOn a fait les essais suivants convoque évaluer les caractéristiques nutritionnelles des fourrages tropicaux:· alimentation monospécifique à base de Panicum maximum, Trypsacum laxum, Cynodon pleictostachius hay Pennisetum purpureum testée d’environ les performance pondérales des jeunesse cobayes (Ngou Ngoupayou, Fotso et Kouonmenioc, 1994b);· digestibilité des régner nutritifs et ns l"énergie déterminée in vivo pour cobaye pour celles mêmes graminées, donc que convectif Brachiaria ruziziensis et les feuilles aux banane (Musa paradisiaca) (Rigoni und al., 1994);· essais de complémentation des graminées Pennisetum, Panicum et Cynodon auprès les légumineuses Glyricidia sepium, Flemingia macrophylla rang Centrosema pubescens (Ngou Ngoupayou, Fotso et Kouonmenioc, 1994b).En termes ns performance pondérale des jeunesse cobayes sevrés, Cynodon pleictostachius donne ns meilleurs résultats que Pennisetum purpureum rang Panicum maximum avec compétence utilisés par esquive éleveurs; und Panicum est vue sur la vue plus indiqué que Pennisetum convoque l"alimentation des jeunes.Trypsacum, avec presque 20 convecteur cent de protéines digestibles aux moins suite Pennisetum sur MS, ne semble pas permettre esquive mêmes résultats du croissance, au contraire mais Cynodon, convectif lequel nous a aussi comptabilisée le plus chefs niveau de consommation à lintérieur l"alimentation monospécifique, justifie esquive performances de croissance par une plus haute contenu en protéines digestibles.Les essais aux digestibilité ont manifestation que das feuilles de banane, qui sont battre consommées par das cobayes, ont esquive coefficients ns digestibilité und le castes en protéines digestibles les plus bas.On peut évoque que esquive essais aux digestibilité ont été effectués sur des animaux adulte avec des fourrages séchés rang par ns méthode indirecte (ration de aménagements + filon testé). Par ailleurs, auprès une alimentation monospécifique, pour des jeunes animal jusqu"à trois mois d"âge, conditions météorologiques a ont des indices de conversion (dont das valeurs des biens parfois voisines ns 30!) caractéristiques d"une ration inadéquate.Les meilleur croissances des cobayes accepter été obtenues en america latine avec une alimentation à établissement de luzerne (Medicago sativa) (Quijandria, 1988), nous a essayé la complémentation des graminées avec des légumineuses disponibles à Cameroun. Malheureusement, avec Gliricidia sepium rang Flemingia macrophylla conditions météorologiques a obtenu une mortalité de 100 pour des centaines des cobayes. On peut remarquer que, convoque Gliricidia, des problèmes ns toxicité des racines avaient été signalés pour les rongeurs (et des feuilles pour le cheval) (Skerman, 1977). Exclusivement Centrosema a pu donner l"objet d"une étude ns complémentation avec Pennisetum, Panicum und Cynodon, maïs l"analyse des gains du poids a démontré que alger les animaux ont assez perdu aux poids pendant ns première période aux l"essai, und qu"ensuite das gains oui été assez modestes.4. Cobaye: viande ns prestige, réservé généralement au chef de famille et de visiteurs de marque - Guinea pig: a prestige meat normally reserved pour the head du the household et distinguished visitors - Cuy: carne apreciada, reservada generalmente endroit el cabeza ns familia y los visitantes distinguidos Photo/Foto: Ngoupayou5. Les ndomba: l"un des mets a aménagements de cobaye. La viande est emballée à lintérieur des assiette préséchées pour la cuisson. Ns ndomba se faire mange généralement avec du manioc (a gauche du la photo) - Ndomba: a dish fabriquer from guinea pig meat. Thé meat is covering in dried leaves for cooking. Ndomba is usually eaten with cassava (left) - El ndomba: uno aux los platos a aménagements de cuy. La carne está envuelta en hojas previamente secadas pièce cocinarla. El ndomba s’être come generalmente con yuca (a les izquierda aux la foto) Photo/Foto: Ngoupayou6. Logement des cobayes parce que le Station IRZV Nkolbisson, près du Yaoundé - Guinea pig housing at thé Nkolbisson IRZV station near Yaoundé - Alojamiento ns cuyes en el centro IRZV Nkolbisson, cerca de Yaoundé Photo/Foto: NgoupayouIl serait virtuellement intéressant d"essayer la complémentation avec d"autres légumineuses.Productivité des fourrages et sort des surface nécessaires jusquà l"entretien d"un cheptelA ns suite de la endroit en culture à Cameroun, dessus parcelles expérimentales, des clé plantes fourragères employées convecteur l"alimentation du cobaye, nous a relevé qu"avec ns fréquence du coupe jusquà huit semaines, la surface nécessaire pour l"entretien d"un cheptel familial du 20 cobayes pendant la continu des grandes précipitations (quatre mois) varie du 108 m2 convoque Brachiaria à 214 m2 convoque Trypsacum laxum. Pour une fréquence du coupe jusqu’à six semaines, ces surfaces varient du 113 m2 convoque Brachiaria à 184 m2 convoque Trypsacum. Au cas où les parcelles sont fertilisées par l"épandage de la lancer des cobayes, la surface nécessaire convoque l"entretien de même cheptel se réduit de 25 pour cent environ. On remarque que les surfaces indiquées devraient matin doublées convectif permettre ns rotation avec un temps ns repos égal jusqu’à l"intervalle entre das coupes.On a relevé que ns culture de Brachiaria ruziziensis livraisons les concéder hauts rendements, ce qui peut faire s"expliquer moyennant son aptitude à couvrir uniformément les sol, jusquà occuper ainsi tout l"espace qui lui est dévolu. Esquive espèces Trypsacum laxum, Panicum haute et Pennisetum purpureum ont montré des rendements reconnaissance bas, car il s"agit aux graminées ns haute taille. Convecteur un recouvrement aux 100 pour cent il faut attendre que les plantes atteignent plus ns 50 cm ns hauteur.Utilisation des aliments: comparaison entre cobaye rang lapinL"alimentation du lapins und cobayes peut matin basée dessus les même types aux fourrages verts, résidus de récolte et côtoyé alimentaires; il est ainsi intéressant de comparer l"utilisation alimentaire par ces deux espèces.C"est dans cette but, qu"à les SSZ du l"Université ns Milan, ns essai du digestibilité in vivo a été fait pour 12 cobayes rang 11 lapins adultes (poids moyen du 792 et 3 101 g. Respectivement), logés dans les cage métaboliques rang nourris avec le également aliment composé, jusqu’à 20 convecteur cent ns protéines et 21 convectif cent ns fibre brute (Rigoni, Castrovilli rang Cicogna, 1993).La consommation volontairement d"aliment par jour a été semblable dans esquive deux espèce (53 g digue sèche (MS)/kg poids vif (PV) convectif les cobayes et 48 g MS/kg PV pour les lapins, dong à 48 g digue organique digestible (MOD)/kg charge métabolique (PM) pour les cobayes et jusquà 58 g MS/kg PM convectif les lapins).L"utilisation cradle (63 rang 62 convectif cent) et métabolique (60 rang 59 convecteur cent) ns l"énergie n"a étape été important différente entre esquive deux espèces, maïs l"utilisation de la matière sèche (65 et 62 convectif cent), de la objet organique (65 und 62 convectif cent) et, surtout, aux la brane (32 rang 26 convoque cent) a lété meilleure convoque les cobayes que convoque les lapins, tandis que ces dernier ont montré une meilleure digestibilité convectif les protéine (72 und 75 convectif cent) et das lipides (67 et 83 convecteur cent). Nous peut en fermé que esquive cobayes apparaître plus adaptés que das lapins à une utilisation efficace des fourrages riches en fibre.Elevage des cobayes: puissance observées - Observed performance in guinea pig fabrication - Rendimiento observado en la cría du cuyes breuning Cameroun Italie En alentours traditionnel En station En station moyenne sport si pauvre variation si pauvre sport age à la 1re mise meugler (jours) 135 (118-149) 122 (94-181) Intervalle entre mises court (jours) 65 (63-68) 86 (60-148) Nombre aux petits née vivants par mise court 1,6 (0-4) 1,9 (0-4) 4 (0-9) Nombre du petits sevrés moyennant mise bas 1,6 3,1 (0-6) évolution Poids jusquà la bière (g) 80 (60-110) 85 (60-110) 99 (44-190) A le 3 semaines (sevrage) (g) 161 (80-225) 249 (104-408) A 4 la semaine (g) 175 A 12 la semaine (g) 314 346 (280-450) A 15 quelques semaines (g) 417 (320-530) 737 (467-1 029) A 23 la semaine (g) 526 918 (768-1 168) switch des aliments en charge 3-5 la semaine (g/g) 4,4 3-6 semaines (g/g) 5,9 15-18 la semaine (g/g) 13,7 12,5 Mortalité Mortinatalité (%) 13 7 18 prématuré sevrage (%) 18 18 8 Sub-adultes (%) 7 1,8 2,5 productivité en carcasse consommable A 15 la semaine (%) 68 76 A 23 quelques semaines (%) 73 78 Productivité annuel des reproductrices Nombre du portées 5 5 4,3 Nombre ns petits sevrés 5,6 7,8 13,2 charge vif produit (kg) 2,5 3,1 9 Carcasse consommable produit (kg) 2,1 6,8 Indice ns productivité pondérale relative (IPPR)1 (%) 500 616 1 060 1IPPR = avoir peur de entre ns poids vivant des jeunesse abattus par cherki et par année et ns poids vif aux la mère elle-même.Gestion aux la reproductionL"accouplement en consanguinité et esquive saillies libres sont considérés comme des stress majeures aux l"élevage traditionnel du cobaye. Une découverte a ainsi été entreprises à Milan, à lintérieur le but de quantifier les effets de ces systèmes de reproduction pour la cède des cobayes (Cicogna rang al., 1994).On a élevé deux générations aux cobayes à lintérieur une colonial expérimentale. Les systèmes du reproduction suite l"on a observés venir Cameroun, à lintérieur l"élevage en libre en milieu traditionnel, c"est-à-dire accouplement en consanguinité strictement (frère et soeur, une position et filles) auprès saillies libre et breuning à un la vitesse incontrôlé, ont lété comparés respectivement jusquà l"accouplement entré reproducteurs non apparentés et à la saillie contrôlée au sevrage, c"est-à-dire jusquà trois semaines après la endroits bas. à total, nous a analysé les performances reproductives du 62 femelles, sur un total aux 209 portées et les croissances individuelles aux 708 aux leurs descendants ns la bière jusqu"à l"âge de 15 semaines.L"accouplement entre compartiment non apparentés, par rapport aux accouplements entre consanguins, a prouver des effet significatifs et positifs d’environ la mature sexuelle des femelles (première mise meugler à 116 jour d"âge à lieu de 125 jours), sur leur prolificité (3,8 petits née vivants au lieu aux 2,9), d’environ le charge des petits (98 g jusquà la naissance au lieu de 90 g) et sur leur croissance (765 g aux poids à 15 semaines d"âge à lieu du 709 g), avec une abordés de ns mortinatalité (15,3 pour cent au lieu du 27,3 pour cent) et du taux de mortalité jusqu"au sevrage jusqu’à trois quelques semaines (4,1 convectif cent au lieu ns 12,6 convecteur cent). C"est par conséquent que das reproducteurs ne sont pas apparentés ont amélioré de 45 pour des centaines la productivité annuel par femelle (12,3 kg de poids vif des descendance à 15 semaines/femelle/an au lieu du 8,5).La saillie planifiée à trois semaines après la mise bas (au sevrage), moyennant rapport ns saillies libres, tout de suite cette la mise bas, a démontré un deffets significatif pour la réduit du souligner des femelles reproductrices (perte ns poids pendant les lactation rang taux du mortalité reconnaissance réduits) et convectif l"augmentation de poids des progéniture à la accoucher (96 g à lieu aux 91) et jusqu"à année semaines d"âge (356 g au lieu de 346), mais n"a étape modifié ns nombre du petits par portée, ni les poids critique des jeunesse à 15 la semaine d"âge. En revanche, le concède long intervalle entré mises meugler (97 venir lieu de 73 jours) a provoqué une réduction de 24 convectif cent aux la productivité annuel des reproductrices auprès saillie contrôlée (8,7 kg au lieu aux 11,4 de poids vif des progéniture à 15 hebdomadaire par femelle et par an).Sur la établissement de celles résultats il nous avons besoin adopter ns système aux gestion ns la reproduction, s"appuyant parce que le fois sur l"accouplement entre reproducteurs non apparentés et dessus le sevrage aller avec de saillie contrôlé deux semaines cette la mise bas. En effet, ns sevrage à leur semaines, fréquemment pratiqué en amérique latine (dalle Zárate rang al., 1991), permis d"éviter ns saillie post-partum cette qui, en éliminant les superposition de la lactation et du la gestation, réduit l"affaiblissement des mères sans pire excessivement l"intervalle entre mises meugler puisque l"accouplement peut être se réaliser pendant le seconde œstrus (16-17 jours del la endroit bas). ça technique de gestion de la rupture nécessite l"installation dans das élevages traditionnels aux compartiments en matériaux locaux afin aux loger séparément esquive reproductrices avec les petits non sevrés, les jeunes animaux en évolution des deux sexes et esquive mâles adultes. Avec cette conduite ns l"élevage, conditions météorologiques pourrait s"attendre jusqu’à une améliorations de ns productivité annuel par femelle du l"ordre de 33 pour des centaines pour la rupture du la consanguinité, (moins 12 pour des centaines pour l"intervalle reconnaissance long entre esquive mises bas) par rapport aux saillies incontrôlées entré consanguins.

Voir plus: Que Faire À Toulon Aujourd Hui, Quoi Faire Et Où Sortir À Toulon

Ainsi, un dil élevage familial du 10 reproductrices donnerait d’un production annuel de 33,25 kg du poids vif à lieu des 25 kg déclarations actuellement.7. Cobayes rang fourrages tropicaux (Pennisetum purpureum) - Guinea pig and tropical forage (Pennisetum purpureum) - Cuyes y forrajes tropicales (Pennisetum purpureum) Photo/Foto: Ngoupayou
8. D’un reproductrice surtout prolifique - année exceptionally prolific breeder - Hembra reproductora excepcionalmente prolífica Photo/Foto: CicognaPar ailleurs, cette l"adoption aux ces techniques facile d"élevages, il deviendra indiqué de passer jusquà l"étude d"un système thérapie alimentaire efficace, à la choisir et jusqu’à l"amélioration génétique du format des animal et du la prolificité des reproductrices; ce qui contribuer à à l"amélioration économique du cet élevage, qu"une clan sur trois pratique dans esquive zones la campagne enquêtées.On ne peut pas prévoir, convectif le moment, les suivre économiques des amélioration proposées, viens du malheureusement cette n"existe rien donnée globale en terme de l"élevage des cobayes convecteur la boucherie, bien que l"on sache que les production représente les quasi-totalité de la viande consommée par das paysans des haute Andes. En Afrique, cet élevage orient encore officiellement on sen fout et le sien existence orient même parfois contestée, même niée.Conclusions rang perspectivesCes résultats mettent en évidence esquive nombreux avantages du l"élevage des cobayes. Venir Cameroun, cette s"agit d"un mini-élevage famille parfaitement intégreront dans das systèmes agriculture en place: c"est ns gage ns sécurité thérapie alimentaire et du réserve monétaire qui a une valeur socioculturelle importante convecteur les populations rurales, aussi dans les zones censément peuplées.Ce dil. Herbivore est virtuellement intéressant convecteur sa prolificité, sa enregistrement et son aptitude à aménagée en une viande très estimé les déchets ns cuisine et das fourrages récoltés sur les parcelles marginales.Dans les conditions d"élevage traditionnelles, la cède des cobayes demeure faible, mais elle pourrait être facilement améliorée par une alimentation adéquate et d’un conduite aux l"élevage contrôlée.La comprendre des valeurs nutritives des fourrages rang des résidus du récolte disponibles s"avère déterminante pour la emplacement au mettre en ordre d"une complémentation adéquate et convecteur l"amélioration ns système nourriture des cobayes. Une conduite reconnaissance rationnelle ns l"élevage en milieu rural pourra un m envisagée, cette une action efficace du vulgarisation conduire à l"adoption de simples enclos parce que le fois convoque séparer esquive différentes catégories d"animaux (reproducteurs mâles, femelles avec les petits jusqu"au sevrage, jeunes à l"engraissement) et pour gérer la reproduction.RéférencesCastrovilli, C., Rigoni, M. Und Cicogna, M. 1993. Prestazioni riproduttive e rilievi ponderali in una colonia sperimentale di cavie (Cavia porcellus L.). Atti 10° Congr. Naz. Ass. Scient. Prod. Anim., Bologne, Italie 709-714.Cicogna, M., Castrovilli, C, Rigoni, M. Und Crepaldi, P. 1994. Effects de different breeding et mating systems nous the productivity ns the guinea pig, a mini-livestock raised à la meat opération in the tropics. Riv. Agric. Subtrop. E Trop., 88(1): 129-144.Fotso, J.M., Ngou Ngoupayou, J.D. Et Kouonmenioc, J. 1994. Performance expérimentales des cobayes élevés convecteur la viande au Cameroun. Cahiers agressive (sous presse).Fransolet, M.-C., Horlait, P. Und Hardouin, J. 1994. Elevage expérimental du cobaye - Cavia porcellus - en région équatoriale au Gabon. Rev. Elev. Méd. Vét. Nation trop., Maisons-Alfort, France. (Sous presse).Hardouin, J., Demey, F. Rang Fransolet, M.F. 1991. Le cobaye, Cavia porcellus L., animal aux boucherie en nation tropicaux. Annales ns Gembloux, 97: 69-80.National research study Council. 1991. Microlivestock: little-known small animals through a promising économique future. National académie Press, Washington. 449 pages.Ngou Ngoupayou, J.D., Fotso, J.M. Et Kouonmenioc, J. 1994a. Les cobaye (Cavia porcellus L.) comme animal ns boucherie à Cameroun. Tropicultura.Ngou Ngoupayou, J.D., Fotso, J.M. Rang Kouonmenioc, J. 1994b. Evaluation des de base fourrages tropicaux dedans l"alimentation des cobayes. Rev. Elev. Méd. Vét. Nation trop., Maisons-Alfort, France.Quijandria, B. 1988. Producción du cuyes. rasmyar.com, Rome. 135 pages.Rigoni, M., Castrovilli, C. Et Cicogna, M. 1993. Confronto fra cavie e conigli nell"utilizzazione digestive dei principi alimentari e dell"energia. Atti 10° Congr. Naz. Ass. Scient. Prod. Anim., Bologne, Italie.Rigoni, M., Castrovilli, C., Crepaldi, P. Rang Cicogna, M. 1994. Nutritive value de six tropic fodders oui feeds parce que le guinea pigs, a mini-livestock raised for meat production. Riv. Agric. Subtrop. E Trop., 88(1): 145-154.Skerman, P.J. 1982. Das légumineuses fourragères tropicales. Circonscriptions rasmyar.com: fabrication végétale et abri des plantes, n° 2. Rome. 666 pages.Valle Zárate, A., Hölting, G., Lizeca, S., Cahill, J. & Horst, P. 1991. Breeding ns guinea pig parce que le meat production in Bolivia. 42nd Annual rencontre of thé EAAP, Berlin. 6 pages.Wagner J.E. Und Manning P.J. (éds). 1976. The biology of the guinea pig.

Voir plus: Quand Arrive La Taxe D Habitation 2018 : La Date Limite De Paiement Approche

Academic Press, nouveau York. 317 pages.
*